2010 – Chaudes etoiles

Franck Mouzon - 2010 - Chaudes étoiles

Franck tout seul :
Compositions (sauf  *)  -  Textes (sauf *)  -  Piano  - Synthétiseurs  -  Machines diaboliques  -  Guitare électrique  -  Chant (sorte de)  -  Sons / programmation  - Effets et bidouillages -  Enregistrement  -  Mixage  -  Mastering amateur  -  Lumières tamisées - Liqueurs de whisky.

Un petit album avec 9 titres très différents les uns des autres, pour être sur de pas plaire à tout le monde....

(*) Lies : composition inspirée par "Trifonic - Lies" , vocal by "Amelia June" licence CC by-nc)
After the battle :  titre composé pour illustrer le site : http://www.peuplescavaliers.be/
Drive a new car : tout particulièrement pour Hélène et rémi.
Pochette : La toile numérique "étoiles chaudes" réalisée par Franck Mouzon vers 2005.

Paroles

Téléchargez l'album complet au format Zip

LIES

D'après Lies by Trifonic (Creative Commons BY-NC-SA)
Lyrics by Laurence Trifon - Vocals – Amelia June

When you walked away it was the
Saddest day the world has known
Shattered my heart and left me in
Pieces of a broken home
Now you say you need me
Standing at the door
Asking if you can come in
And I can’t say no, I can’t say no

You and I just can’t say goodbye
Every time we do, well
It’s just another lie
I know you’re no good for me, but
Every time I’m with you there’s
Nowhere I’d rather be

We’ve been to hell, been burnt by the
Flames of a pain so deep that
Even the strongest god in the heavens would
Kneel and weep
But here I lie
Pressed against your skin
Right where I want to be
You’re the sweetest sin

Sa chambre

(Franck Mouzon env. 1991)

Dans sa chambre, une odeur de jasmin
Une lampe, Jusqu'au matin
Des ombres sur sa peau
Comme le vol, des oiseaux

La douceur des dimanches
La fraicheur des matins
Quand elle chantait ce refrain
 
Dans sa chambre,
Reste son parfum,
Les ombres, les oiseaux,
Sont partis au loin
Sont partis très haut.
 
Oubliés les dimanches
Quand on était bien,
Quand il faisait beau.
 
Déjà, plus rien
De la douceur du jasmin
De l'odeur de ta peau
 
Que le souvenir de tes mains,
De la forme de tes hanches
Et les notes d'un refrain
 
Reste une lampe, unique témoin
Plus qu'un souvenir, qui s'effiloche
Sans vouloir partir

Qui s'éloigne et reviens toujours
Comme le vol des oiseaux
Et les fleurs de jasmin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.